A Dunkerque, les jours ne se ressemblent pas...

Rude journée, ce samedi, sur la 5e étape des 4 Jours de Dunkerque courue autour du redoutable Mont Cassel. Au lendemain de la victoire de Bryan Coquard au Mont Saint-Eloi, le Vital Concept Cycling Club a payé ses efforts des jours précédents sur des routes exigeantes et dans un scenario où les attaques n'ont pas manqué dès le début de l'étape. Maillot rose de leader de l'épreuve sur les épaules, le Coq, diminué physiquement, a dû céder les commandes des 4 Jours en terminant à plus de 12 minutes du vainqueur du jour, l'Allemand André Greipel.

 

«C'est parti à fond, détaille Didier Rous, l'un des deux directeurs sportifs de l'équipe sur les 4 Jours. Les équipes adverses ont, très tôt, voulu nous faire la peau et c'est de bonne guerre. Rapidement, un groupe de dix-huit coureurs s'est détaché et la Wanty était la seule équipe non représentée à l'avant. Nous avons mis Bert (De Backer) et Julien (Morice) rouler un bout de temps et, soudain, les Wanty sont venus accélérer un grand coup ! Beaucoup de nos gars ont cédé. Nous avons payé aujourd'hui la répétition des efforts et le manque de compétition de certains. C'était dur pour Corentin (Ermenault) aujourd'hui. Bert, Kris (Boeckmans) et Lorrenzo (Manzin) reprennent de blessure, maladie ou de coupure. Corentin, «Momo», Jérémy (Lecroq) et Bryan ont enchaîné Tour du Yorkshire – 4 Jours de Dunkerque. Cela fait beaucoup.»

 

«On s'est battus avec nos armes...»

 

En attendant la dernière étape, dimanche à Dunkerque, les troupes Glaz et Noir vont tâcher de récupérer au mieux de cette journée éprouvante... et soigner leurs pépins physiques, pour certains. «Bryan a souffert de la gorge aujourd'hui, révèle Didier, vainqueur des 4 Jours en 2001. Il était moins bien, n'avait pas assez de force et cela n'a pas pardonné lorsque la course s'est emballée.»

 

«Quand les Wanty ont accéléré, j'ai rapidement compris que je ne pourrai pas suivre aujourd'hui, admettait le sprinteur une fois la ligne franchie. Ce matin au réveil, la gorge me grattait et, sur le vélo, j'avais les jambes vides. Aujourd'hui, on s'est battus avec nos armes mais il n'y avait rien à faire...»

 

Malgré un ultime long relais de Jérémy Lecroq à 40 kilomètres de l'arrivée, le Coq a en effet lâché prise trop tôt pour conserver la tête du classement général. S'il est remis dimanche et en cas de sprint massif sur le boulevard Jean Bart, il pourrait être une nouvelle fois capable de faire parler la poudre après ses 3e, 2e et 1ère places depuis le début de l'épreuve. À moins qu'un autre Glaz et Noir ne profite d'un scenario de course surprise. Le classement général très resserré pourrait en effet donner lieu à une intéressante partie de poker et favoriser une course de mouvements...

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84