Au Poitou Jonas Van Genechten 6e, Adrien Garel en jaune !

Le sprinteur belge du Vital Concept Cycling Club est le premier Glaz et Noir à l’arrivée de la 2e étape du Tour de Poitou-Charentes, jugée ce mercredi à Melle (Deux-Sèvres). Adrien Garel, récent champion de France de poursuite par équipes, a lui passé la journée échappé et endossé un honorifique maillot distinctif… récompensant sa place de leader au classement des sprints intermédiaires.

 

«Le plan, comme hier, était de mettre un gars dans l’échappée, confiait Adrien après être redescendu du podium protocolaire. J’ai respecté la consigne et attaqué dès le kilomètre zéro. À cinq coureurs puis quatre, nous nous sommes bien entendus sur des routes où le vent a souvent été défavorable mais le peloton a mis en route assez tôt.» Repris avec ses compagnons d’échappée à 35 kilomètres de l’arrivée, Adrien a roulé pour l’équipe avant l’entrée de la course sur le circuit final… puis craqué dans la côte de ce même circuit pour finir très attardé, à plus de 9 minutes du vainqueur du jour, Arnaud Démare. Après avoir déjà pris l’air sur le Tour de Bretagne, le jeune Francilien a vécu sa deuxième échappée chez les pros. «C’était la première fois que j’étais échappé aussi longtemps depuis le début de la saison, précisait le néo-pro de 22 ans. J’ai pris du plaisir et c’est toujours bon de passer la journée à l’avant, c’est comme cela que j’apprendrai à gérer au mieux ces situations de course.»

 

Malgré une tentative d’Arnaud Courteille à 30 kilomètres de l’arrivée, c’est bien au sprint que cette deuxième étape s’est achevée. Jonas Van Genechten, 9e la veille, était chargé d’emmener Jérémy Lecroq dans un final en faux-plat montant, dans un scénario inverse de celui planifié la veille. «Malheureusement, Jérémy a été victime de crampes dans le final, précisait le rapide Wallon derrière la ligne d’arrivée. C’est dommage car l’équipe avait très bien couru toute la journée. À 40 kilomètres de l’arrivée, le peloton s’est scindé en deux parties et nous étions devant, vraiment bien placés. Le final était dangereux, avec une descente et succession de virages et, à l’approche du dernier kilomètre, j’ai attendu Jérémy avant de me rendre compte qu’il n’était plus là. J’apercevais un casque de l’équipe en me retournant mais il s’est avéré qu’il s’agissait de celui de Coco (Corentin Ermenault). À la flamme rouge, je suis aux alentours de la 25e position et je tente de remonter pour participer au sprint mais je pars de trop loin… Je viens mourir en 6e position mais il y a mieux à faire. L’équipe marche vraiment bien, l’effectif est jeune mais ces jeunes surfent sur l’euphorie de leur titre de Champion de France de poursuite. Ca devrait payer lors des deux derniers jours.»

 

Ce jeudi, deux demi-étapes sont au programme de la troisième journée de ce Tour de Poitou-Charentes, sur les routes du département de la Vienne. Le matin, le peloton aura droit à une étape en ligne de 98 km entre Gençay et Couhé. L’après-midi, les spécialistes de l’effort solitaire en découdront sur un contre-la-montre individuel de 22,9 kilomètres entre Champagné-Saint-Hilare et Coué. Avec un favori Glaz et Noir nommé Corentin Ermenault. Le Picard de 22 ans est en forme et vient d’être sacré champion de France de poursuite individuelle la semaine passée sur le vélodrome de Hyères.

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84