Avant l’Amstel, le Coq monte en puissance

19e de la Flèche Brabançonne ce mercredi, Bryan Coquard est satisfait de sa condition physique et de celle de ses équipiers, même s’il espérait un meilleur résultat sur une semi-classique qu’il affectionne particulièrement.

 

«L’équipe méritait mieux, réagissait le sprinteur du Vital Concept Cycling Club derrière la ligne d’arrivée. On a été solides, présents à l’avant, les gars ont vraiment bien bossé. On est repartis dans une très bonne dynamique !» Avec Justin Mottier, Patrick Müller, Tanguy Turgis, Kevin Reza et Quentin Pacher successivement à la manœuvre, l’équipe a assuré une grosse part de travail, quitte à beaucoup s’exposer. Quentin s’est même glissé dans une contre-attaque à 30 kilomètres de l’arrivée, en compagnie de gros bras avec lesquels il fraie de plus en plus souvent. «Peut-être en a-t-on beaucoup fait mais c’est comme cela qu’on veut courir, poursuit le Coq. On ne nourrit pas de complexe et c’est bon de voir les gars avec de telles jambes. Pas de raison d’arriver sur la pointe des pieds ! Aujourd’hui, j’avais pointé des coureurs comme Colbrelli qui ont été très remuants et m’ont fait faire beaucoup d’efforts, mais c’était une bonne répétition avant dimanche.»

 

A quelques jours de l’Amstel Gold Race, son grand objectif de la première moitié de saison, Bryan a retrouvé des sensations qui le rassurent. «Cela me rappelle mes jambes d’il y a deux ans, quand j’avais fait 4e à la Brabançonne puis à l’Amstel. L’an passé, j’étais encore mieux le mercredi avant d’arriver fatigué le dimanche. C’est presque aussi bien que je n’ai pas été virevoltant aujourd’hui. Désormais, place à la récupération. Il va falloir bien gérer l’approche de l’Amstel, faire du jus… Les années passées, j’étais seul à préparer cette classique que j’adore. J’étais bien, chouchouté, mais cette année nous voilà tous ensemble et c’est quand même autre chose. Dimanche, le niveau sera encore supérieur et on pourra adapter notre façon de courir à la concurrence, qui sera plus élevée qu’aujourd’hui. Désormais, je vais entrer dans ma bulle et me mettre dans les meilleures dispositions pour « ma » classique.» Avec, jeudi et vendredi, les reconnaissances de la deuxième moitié du parcours de l’Amstel. Bien accompagné par ses coéquipiers Glaz et Noirs.

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84