Clap de fin en feu d’artifice !

Le 112e Paris-Tours a donné lieu à une course ô combien décousue et spectaculaire, ce dimanche à travers les plaines de la Beauce puis le vignoble de Vouvray. Pour la première édition de la Classique des Feuilles Mortes nouvelle mouture, la succession de chemins de vigne dans les cinquante derniers kilomètres de l’épreuve a fait exploser le peloton et propulsé les spécialistes des classiques à l’avant de la course.

 

Groupé autour de son Belge Jonas Van Genechten en pleine forme, le Vital Concept Cycling Club a suivi son plan de bataille en envoyant l’un de ses membres à l’avant à l’approche des secteurs décisifs de la course. À 85 kilomètres de l’arrivée, Johan Le Bon sortait en effet du peloton à la poursuite des six échappés qui ouvraient la route depuis la sortie de Chartres, ville-départ de ce Paris-Tours. Le Breton, pas avare de ses efforts, y allait franco et opérait la jonction quelques kilomètres plus loin.

 

Johan Le Bon s'est rassuré

 

«Nous n’avions pas de coureur à l’avant et, lorsque l’écart est descendu sous la minute, j’ai senti qu’il y avait la place pour faire le jump. J’ai décidé d’y aller après le ravitaillement et nous nous sommes retrouvés en contre-attaque avec De Vriendt et Dowsett. On se connaît un peu et cela nous a permis de bien collaborer pour rentrer sur la tête. Une fois devant, nous avons essayé de creuser l’écart pour entrer sur le premier secteur avec une avance maximale. Mais avec seulement une minute de marge, c’était trop peu. Ensuite, avec les crevaisons des uns et les envies des autres de faire leur course, ce fut un peu l’anarchie mais, au final, c’était sympa ! Je suis déçu car j’ai eu du mal une fois que les costauds ont mis en route. J’ai coincé mais, après la période compliquée que j’ai connue début septembre, je suis satisfait d’avoir été à nouveau acteur. Sur Paris-Bourges, jeudi dernier, et ici, je me suis rassuré. Je peux encore facilement rester motivé une semaine pour aller jusqu’au Chrono des Nations, dimanche prochain.»

 

À l’entrée de la course sur le premier des neuf secteurs de terre souvent empierrés, les gros bras sont entrés en action et Jonas Van Genechten a surgi dans un groupe de trente cinq coureurs, d’où le futur vainqueur danois Kragh Andersen allait sortir en compagnie du Néerlandais Terpstra.

 

Jonas, «plutôt à l'aise sur ce genre de parcours»

 

20e sur la ligne d’arrivée Avenue de Grammont, Jonas tirait un bilan mitigé de son expérience sur le nouveau tracé de paris-Tours. «Ma condition était certes bonne et j’ai pris du plaisir, reconnaissait le récent vainqueur du Circuit du Houtland une fois descendu de vélo, mais je regrette de ne pas avoir toujours été assez attentif pour rester avec les plus forts. J’ai voulu un peu récupérer à un moment où il ne fallait pas et des coureurs comme Terpstra, Gilbert ou Démare sont partis alors que je commençais à m’économiser un peu. Je n’aurais pas dû… Le nouveau tracé est vraiment plaisant mais je pense qu’il faudrait éviter les secteurs les plus empierrés. Parfois, c’était un peu aléatoire et certains favoris peuvent perdre la course sur incident. Personnellement, je n’ai pas été malchanceux mais personne n’y perdrait si les secteurs étaient un peu plus propres. C’est ce que savent faire les organisateurs du Tro Bro Leon et cette course est belle. Ce n’est pas forcément la tasse de thé de l’ensemble du peloton mais je me sens plutôt à l’aise sur ce type de parcours.»

 

Au terme d’une course novatrice et atypique, les avis étaient partagés sur le parcours 2019. Johan Le Bon, lui, a apprécié et remercie le ciel. «Le nouveau tracé a donné lieu à une belle course mais cela a créé un beau bordel pour certaines équipes, confie le Lannionais. C’était sympa car ces parties à risques et à rebondissement étaient placées dans le final de la course mais nous avons eu de la chance de courir sous un ciel clément. Si la pluie avait été de la partie, cela aurait été terrible. Il y a trois, quatre secteurs vraiment limites… mais j’imagine que les images télé ont été très belles et que les organisateurs ont apprécié le résultat.»

 

Engoulvent : «Notre progression est intéressante»

 

À la tête des Glaz et Noir aux côtés de Didier Rous sur ce qui était la dernière course en ligne du Club cette saison, Jimmy Engoulvent analysait la course la tête froide au moment où la soupape sautait à l’intérieur du bus de l’équipe. «Jonas aurait pu faire mieux s’il avait été plus vigilant à certains moments. Il a bien abordé les premiers secteurs et était là où il fallait être, avec cette grosse trentaine de coureurs qui ont fait la différence. Ensuite, il perd le contact avec un groupe de six, sept costauds où il avait sa place et se retrouve dans un groupe qui évoluait un ton en-dessous, entouré de coureurs sans doute moins forts que lui. Alors qu’il aurait pu y être à la pédale, il est resté à vingt, trente secondes du groupe Démare… Plus vigilant, il se serait sans doute battu pour la place de 4ème. Johan, lui, était là où nous voulions qu’il soit. Il n’était pas dans un jour exceptionnel et, au final, nous sommes à notre place même si, avec un peu plus de réussite, nous pouvions terminer dans le Top 10. Nous avons eu notre lot de crevaisons, trois ou quatre, mais moins que les autres équipes, je pense. Nous avons été dans le match pour une place d’honneur jusqu’à la fin et nous terminons la saison sur une belle classique. À l’avenir, nous devons travailler afin que les coureurs soient plus forts physiquement, qu’ils soient mieux placés par moments, que l’on sache parfois mieux anticiper ou s’adapter à la tactique des adversaires mais le groupe évolue bien. Notre progression sur l’ensemble de la saison est intéressante, le staff et les coureurs se connaissent de mieux en mieux et notre organisation est bonne. Nous allons continuer de travailler et progresser ensemble, d’essayer de faire le maximum à chaque course car il est important que les coureurs se sentent soutenus. La fin de saison a été meilleure que la première partie et c’est très bon signe pour l’avenir.»

 

Avec 8 victoires au compteur et 34 podiums sur l’ensemble de la saison, la première année d’existence du Vital Concept Cycling Club s’achève avec de solides motifs d’espoir et de satisfaction. Le rideau sur 2018 se tirera officiellement dimanche prochain au Chrono des Nations.

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84