Corentin Ermenault a tenté d'entrée sur le Tour de Bretagne

Pour la première fois de son histoire, le Vital Concept Cycling Club dispute le Tour de Bretagne sur des routes que le club connaît bien. L'étape inaugurale disputée intégralement en Loire-Atlantique, entre Chateaubriant et Louisfert, devait faire le jeu des sprinteurs mais les Men in Glaz comptaient bien se mettre en évidence. Compte-rendu.

 

Rapidement, trois coureurs prennent la tête de la course. Les coureurs du Vital Concept Cycling Club ne sont pas représentés mais l'écart ne passe jamais au-dessus des deux minutes sous le contrôle des Italiens de Wilier - Triestina pour son sprinteur Jakub Mareczko. Rien de particulier à signaler au cours de cette première étape jusqu'à l'entrée sur le circuit final de Louisfert où les jeunes ligériens, Bryan Coquard en tête, ont tant ferraillé par le passé.

 

L'échappée matinale sur le point d'être reprise, les offensives se multiplient et Justin Mottier, néo-professionnel passé par le VCP Loudeac, se glisse dans un quatuor. Un mouvement intéressant mais rapidement repris par un peloton où les sprinteurs, nombreux, ne voulaient pas laisser passer leur chance de briller. Au moment d'aborder le dernier tour de circuit, un nouvel homme en Glaz se distingue : Corentin Ermenault. Le rouleur et poursuiteur picard prend une quinzaine de secondes sur le peloton et résiste. On pense le néo-professionnel de 22 ans en mesure de s'imposer mais le vent de face dans les derniers kilomètres favorise le peloton, lancé à toute allure. Repris dans les 500 derniers mètres, «Coco» n'est pas passé loin de son premier succès professionnel. Sur la ligne, Adrien Garel est le premier Glaz : 15e.

 

Réaction de corentin ermenault :

 
«Aujourd’hui, j’avais ma chance en cas d’arrivée massive. Je pouvais tenter si je me sentais bien et j’ai voulu essayer. Si on ne tente pas, on ne réussit pas… Quand on est rentré sur le dernier échappé, je ne me suis pas posé de question. Je suis sorti et j’ai tout donné, en pensant à des choses positives pour réussir. À toute l’équipe, à ce que l’on fait depuis le début de l’aventure, à l’investissement des coureurs comme du staff. J’aurais aimé gagner pour eux, pour ma famille et pour moi-même.
 
Se faire reprendre à 500 m de la ligne, c’est dommage mais, comme le dit Jérôme (Pineau), c’est en faisant des efforts comme ceux-là que l’on va y arriver. Pendant ces six, sept kilomètres seul devant, j’y vraiment cru, je pensais à la gagne. Ce n’est que qu’à deux kilomètres de l’arrivée, avec vent de face, que j’ai commencé à coincer un peu. Je n’ai pas de regrets, si ce n’est celui de ne pas avoir gagné. J’aurais bien aimé décrocher ma première victoire aujourd’hui mais je prends mon mal en patience. On verra comment se déroulent les jours à venir. Il reste six étapes, avec d’autres occasions, sans doute.»

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84