En Occitanie, Le Coq 3e… presque par surprise

Nouveau podium (le 19e depuis le début de la saison) du Vital Concept Cycling Club ce jeudi sur la 1ère étape de la Route d’Occitanie. Au terme d’une journée animée qui aura vu de nombreuses attaques se succéder, notamment dans le final, Bryan Coquard a terminé 3e au sprint de Carmaux, alors que «(ses) sensations étaient vraiment mauvaises en début de course».

 

Les Men in Glaz ont étiré le peloton dans les deux derniers kilomètres après s’être concertés en route. «Pour être honnête, j’étais tellement mal en début d’étape que j’ai pensé à ne pas disputer le sprint, révélait le sprinteur après l’arrivée. Le Critérium du Dauphiné a été particulièrement éprouvant et je n’ai pas encore récupéré mais c’est important d’être ici. L’organisme en fait beaucoup mais il saura surcompenser à partir de la semaine prochaine, avant les Championnats de France.» Son instinct de sprinteur aidant, il lui fut évidemment difficile de ne pas se mêler à l’emballage final. «Ce n’est qu’en cours d’étape que nous avons décidé de faire le sprint, poursuivait le «Coq». Nous nous sommes positionnés à l’avant du peloton aux deux bornes pour ne pas nous faire déborder en vue du final. C’était un moment crucial.»

 

Kévin Reza a eu le bon feeling

 

Avant le sprint, les Glaz avaient laissé d’autres équipes rouler derrière l’échappée du jour… puis lancé des émissaires à l’avant, dans les vingt derniers kilomètres. Johan Le Bon, dans un premier temps, capable d’accompagner plusieurs tentatives d’échappée, puis Kevin Reza, sortis avec quatre autres coureurs à 10,5 kilomètres de l’arrivée.

 

«Je n’avais pas les meilleurs jambes de l’année mais c’est la première fois de l’année que j’ai eu un si bon feeling, explique le puncheur francilien. Le coup est parti devant moi et je ne me suis pas posé de question. Au début, je n’ai pas passé de relai afin de protéger les intérêts de Bryan, qui visait le sprint. Puis j’ai passé un vélo afin de ne pas «tuer» l’échappée… avant que Didier (Rous, le directeur sportif de l’équipe) ne me glisse à l’oreillette de prendre mes relais. Lorsque j’ai vu que l’écart atteignait 15 secondes, j’ai commencé à y croire, d’autant que, selon moi, j’étais le plus rapide du groupe. Après, avec des si… Les Astana ont roulé à bloc pour ramener le peloton et c’est rentré à 1,5 kilomètre de l’arrivée, mais c’est bien d’en être là aujourd’hui ! Après le Dauphiné, les sensations ne sont pas excellentes mais c’est la preuve qu’il ne faut pas toujours s’écouter. Cela donne raison à notre programme de courses : plus on court, mieux on est.»

 

Demain, nouvelle étape vallonnée entre St Gaudens et Masseube Val de Gers (173 km). «Nous n’allons pas changer de stratégie, annonce Didier Rous. Nous devons préserver Bryan, qui a enchaîné les jours de courses depuis sa reprise au Tour du Yorkshire, et ne pas mettre l’équipe à la barre. Si une grosse échappée se développe, nous tâcherons d’y mettre l’un des nôtres. Et, comme aujourd’hui, s’il y a la place dans le final, que la chance sourit aux opportunistes !»

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84