En Savoie, le dénivelé et la chaleur usent les organismes

Le Vital Concept Cycling Club prend de la hauteur sur les routes de Savoie en cette fin juin. Quatre jours de course aux dénivelés conséquents sous une chaleur accablante offrant des scénarii imprésivibles, le Tour de Savoie Mont-Blanc régale les grimpeurs comme Yoann Bagot, 10e de la première étape et meilleur Glaz.

 

La journée commençait fort avec la montée du Col de la Croix de Fer en guise d'entrée, un seul homme ouvrait la route avec plus de six minutes d'avance sur le peloton qui perdait déjà de nombreux éléments dont Steven Lammertink et Justin Mottier, les moins bons grimpeurs du groupe présent dans les Alpes. À l'avant, Arnaud Courteille accélère et dynamite le peloton. Il comble une partie de son retard sur Davide Orrico et bascule en deuxième position au sommet. «Il faut retenir ce bel effort d'Arnaud. S'il parvient à reproduire une telle montée dans les prochains jours, ça peut être intéressant.» note le directeur sportif de l'équipe, Gilles PauchardDans la descente, un groupe de contre se forme autour d'Arnaud alors que Justin Mottier s'en va frotter les arbustes en direction de Saint-Jean-de-Maurienne. Une frayeur heureusement sans dommage physique.

 

Yoann Bagot s'accroche avec les meilleurs

Et puis dans la remontée vers Aussois, le regroupement quasiment général en tête de course offre de nouvelles attaques. Un petit groupe de six unités prend vite le large et conservera un bel avantage jusque dans l'ascension du Col de la Madeleine, ultime difficulté du jour. Une montée rapide qui fait exploser du monde dont Quentin Pacher, victime de la chaleur, et Arnaud Courteille, très en vue en début de course. Yoann Bagot s'accroche aux meilleurs mais dans le final un trio dont Maxime Bouet, futur vainqueur de l'étape, fait partie opère la jonction avec la tête de course avant de se disputer au sprint les premières places du jour. Un peu court, Yoann Bagot s'immisce dans le Top 10 à 51 secondes de la tête. «L'étape était compliquée avec la chaleur, au moins 30 degrés sur le vélo, et l'altitude, commente l'intéressé après l'arrivée. Ça a attaqué de partout, j'ai eu du mal mais je me suis accroché et j'ai limité la casse. J'espère que les sensations iront en s'améliorant avec les jours.»

 

Rien de rhédibitoire vu le programme qui attend le peloton jusqu'à dimanche et ça commence dès vendredi : «C'est loin d'être fini ! Sur l'étape matinale (82,5km) il sera difficile de bouger pour Yoann qui reste assez proche au classement général, analyse Gilles Pauchard. Mais des garçons comme Justin, Quentin ou Arnaud peuvent essayer de se glisser dans des échappés, ayant perdu pas mal de temps sur la première étape. On va viser la victoire d'étape. L'après-midi (premier départ à 17h00), les coureurs disputeront un contre-la-montre assez particulier. Court - 7,4 kilomètres - l'effort sera intense avec une montée de 2500 mètres à près de 8%. Il y aura ensuite une descente rapide et technique avant un final en faux plat montant. L'exercice se fera en vélo traditionnel. Ça fait partie du Tour de Savoie Mont-Blanc, c'est difficile tous les jours, même sur le chrono !»

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84