Famenne Ardenne Classic

Famenne Ardenne Classic

Jeudi 27 Septembre

 Pays : Belgique  |  Classe : 1.1 |  Compétition : Europe Tour

 

Site internet

Des airs de Doyenne… en plus ouverte

 

En langage cycliste, qui dit Ardennes belge, dit Liège-Bastogne-Liège. La Famenne Ardenne Classic, si elle se déroule sur des routes voisines de celles qui ont construit la légende de la célèbre Doyenne des Classiques, n’en présente ni la difficulté ni le prestige. En tout cas pas encore. Cette épreuve courue au sud de la Belgique, non loin de la frontière luxembourgeoise, est née l’an passé et présente un profil qui convient davantage aux sprinteurs, sans toutefois sortir du jeu les puncheurs, forcément alléchés par les côtes au menu.

 

Avec une boucle de 128 kilomètres précédant le circuit final et présentant 5 ascensions, le tracé est une aubaine pour les attaquants de loin. Avant de revenir à Marche-en-Famenne, ville de départ et d’arrivée, il y aura de quoi prendre du champ et tenter de tromper la vigilance des équipes de sprinteurs. «Il s’agit d’une épreuve ni très dure, ni trop facile, vallonnée mais qui peut convenir à un sprinteur, confirme Jimmy Engoulvent, directeur sportif du Vital Concept Cycling Club ce jeudi. Idéalement, il faudra être présent dans l’échappée qui ne manquera pas de se développer en début de course afin d’éviter d’avoir à assumer la chasse en tête du peloton. La course s’annonce difficile à contrôler et nous avons la chance d’avoir une équipe composée de coureurs qui vont vite en cas d’arrivée au sprint et de gars capables de bien passer les côtes.»

 

Autour de Bryan Coquard, auteur d’une belle rentrée samedi dernier sur le Tour de l’Eurométropole, Julien Morice, Adrien Garel et Lorrenzo Manzin tâcheront de rester à l’affût et mobilisés en cas d’arrivée groupée. Côté puncheurs, les Glaz et Noir pourront compter sur Quentin Pacher, 9e du Tour du Gévaudan dimanche dernier, Arnaud Courteille et Tanguy Turgis, traditionnellement en verve sur les routes belges, pour se lancer dans la bagarre de loin où dans les dernières difficultés du parcours.

 

TOUT est ouvert !

 

A l’approche du circuit final (22 kilomètres à parcourir 3 fois) puis sur ce même circuit, les Glaz devront être capables de franchir avec les meilleurs la Côte de Charneux, longue de 2 kilomètres avec un passage à 12%, qui sera à escalader à quatre reprises.

 

A un peu plus de deux semaines de la fin de saison, il est encore temps de briller sous le soleil annoncé en Belgique. «C’est le moment pour lâcher les chevaux, souligne le directeur sportif des Glaz. Cette fin de saison est excitante, on l’a vue avec les deux courses disputées dans le Nord le week-end dernier. Pour les coureurs encore en forme, tout est ouvert, à condition d’être motivé et de vouloir faire la course à fond.»

 

C’est certain, les Glaz et Noir auront le couteau entre les dents. Quentin a été frustré de ne pas courir pendant plus de 2 semaines après sa chute à la Bruxelles Classic et, après un mois à réparer son omoplate cassée, le « Coq » gratte de la patte. «Bryan a couru de manière offensive samedi puis dimanche, au GP d’Isbergues où il a finalement dû abandonner à cause d’un ennui mécanique, afin de reprendre rapidement le rythme de la compétition. Pour sa reprise, il est dans le match, physiquement au point.»

 

Bonne nouvelle : il n’est pas le seul en forme au sein du Club. Messieurs les Glaz, profitez de l’aubaine et du verdoyant terrain de jeu !

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84