Le Coq au soutien de Quentin Pacher, 6e à Pré-en-Pail

«La dernière fois, ça devait être sur un Paris-Bourges, il y a plus de trois ans…» Impossible pour Bryan Coquard de savoir exactement à quand remontait la dernière fois qu’il s’était glissé dans une longue échappée.* Ce jeudi, le sprinteur du Vital Concept Cycling Club s’est mué en équipier modèle «afin de préserver les gars autour de Papach’». Quentin Pacher, coureur protégé au sein de l’équipe dans cette étape taillée pour les puncheurs, a en effet pu compter sur le soutien des troupes tandis que « le Coq » prenait l’air à l’avant.

 

«Nous avions décidé de prendre l’échappée afin de disposer d’un relais pour Quentin si un gros coup sortait dans le final, explique le Nazairien. Personnellement, j’avais aussi besoin de réaliser une bonne journée devant, faire de bons efforts en vue de la Flèche Brabançonne et l’Amstel Gold Race, mes objectifs à venir. Etre échappé, voilà quelque chose que je ne sais plus trop faire et j’ai eu du mal à gérer l’avance sur le peloton, surtout que nous n’étions que 4 coureurs à l’avant. Malheureusement, les favoris n’ont pas anticipé l’explication finale et nous avons été repris par le peloton à deux tours de l’arrivée. J’ai alors cherché à récupérer du mieux possible en vue de la dernière étape, qui pourrait s’achever au sprint.»

 

Ce n’est, en effet, qu’une fois l’échappée reprise que la grande explication a débuté, avec le Mont des Avaloirs pour juge de paix. À un tour de l’arrivée, Quentin est parvenu à s’extraire du peloton en compagnie de Guillaume Martin, futur vainqueur de cette étape-reine, sans parvenir à faire le break. «Après avoir pas mal travaillé les deux jours précédents en vue des arrivées au sprint, je n’avais pas de super sensations, reconnaît Quentin. En tant que novice du Circuit de la Sarthe, j’attendais de découvrir le circuit pour savoir à quoi m’attendre et comment le final allait se courir. Quand on est sorti dans la bosse, j’ai bien vu que Martin était costaud. Il a pu ressortir en contre immédiatement après le retour du peloton sur nous, moi non. Tout s’est regroupé dans le dernier tour mais quand Martin a de nouveau attaqué avec son équipier, il n’y avait rien à faire. Au final, je me bats pour prendre la 6e place et c’est une satisfaction. C’est mon 8e Top 10 de l’année, c’est toujours bon à prendre, mais j’aspire à mieux… » 21e au classement général, Quentin est dans la même seconde que le 9e et peut encore rêver d’intégrer le Top 10, vendredi à Sablé-sur-Sarthe. Mais il avoue rêver d’une autre issue : «vu le profil de l’étape, je préférerais qu’elle s’achève par un beau sprint massif et que Bryan s’impose» Cette fois, on ne devrait pas retrouver le Coq parmi les fuyards du jour…

 

* C'est effectivement sur Paris-Bourges 2013 que Bryan avait réalisé sa plus longue échappée jusqu'ici : 156 kilomètres. Merci à Velobs pour la statistique.

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84