Occitanie : Johan Le Bon, à 2 km près…

Le coup est passé près pour Johan Le Bon sur les routes de Haute-Garonne, des Hautes-Pyrénées et du Gers sur la 2e étape de la Route d’Occitanie, courue entre St Gaudens et Masseube Val de Gers (173 km). Echappé dès les premiers kilomètres en compagnie de six autres coureurs, le Costarmoricain a été le dernier homme à être repris par un peloton déchaîné, à seulement deux kilomètres de la ligne d’arrivée.

 

Au terme d’une journée où l’échappée se sera très bien entendu et aura (presque) parfaitement géré son avance sur les poursuivants, «Jojo» était le plus fort et bascula en tête au sommet de la dernière difficulté du jour, à 5 kilomètres de l’arrivée, après avoir lâché Quentin Jauregui et Jérôme Cousin, deux autres gros moteurs présents dans l’échappée. «Je suis déçu d’avoir été repris si près de la ligne, commentait celui qui a été logiquement élu combatif du jour. J’avais fait le plus dur mais c’est difficile de résister à une meute décidée faire le sprint. Avec 15 secondes au sommet, j’ai commencé à y croire. Le reste du temps, je ne suis pas allé jusqu’à songer à la victoire. Lorsque l’on est dans une échappée, on ne sait jamais si elle ira au bout, on essaie juste de bien s’entendre et d’avancer ensemble. Nous étions un bon groupe, avec pas mal de copains, des gars avec qui nous avons l’habitude d’être à l’attaque. Avec Cousin, on a essayé de motiver les autres pour aller le plus loin possible.»

 

Le Bon de mieux en mieux

 

Tout juste sorti du Critérium du Dauphiné, le coureur de Lannion reconnaît qu’il a de bonnes jambes. «J’ai fini le Dauphiné un peu fatigué mais j’ai pris de la force, ces huit jours de course m’ont permis de franchir un palier. Après un début de saison compliqué, c’est bon de revenir à ce niveau. C’est ma troisième échappée de l’année, après le Tour de Drenthe et le Tour de Bretagne et, si je ne suis pas un expert pour juger mon état de forme, je sens que ça va de mieux en mieux. Aujourd’hui, j’ai respecté les consignes. Notre but était de nous glisser dans l’échappée, avec ce départ en côte. Ensuite, Didier (Rous, le directeur sportif de l’équipe) m’a bien motivé avec son franc-parler. J’ai tâché de l’écouter…»

 

La règle des 3C pour gagner

 

Didier Rous, l’homme du Sud-Ouest, avait en effet son mot à dire sur cette étape sans répit ou presque, avec de nombreuses courtes montées et descentes et routes étroites. «Aujourd’hui, c’était le vélo que j’aime, reconnaissait le Montalbanais. Une belle journée où tous les gars ont couru avec l’état d’esprit que nous préconisons, c’est très important. Vu le parcours, l’échappée avait des chances d’aller au bout, Jojo l’a prouvé. Avec 10 secondes de plus en haut de la dernière côte, ça il gagnait ! Sur la première étape, j’avais vu qu’il marchait fort. Il avait fait mal à tout le monde en prenant la barre dans le final vers Carmaux. Aujourd’hui, il s’est un peu plaint en cours d’étape, en disant que ses jambes n’étaient pas super. Sauf que quand tu es dans une échappée, il faut y croire. Sur la route, je lui ai rappelé la règle des 3C : si tu es en position de gagner, il faut utiliser ton Cerveau, avoir un gros Cœur et une grosse paire de C… »

 

Demain, cap vers les montagnes, le terrain de jeu d’un certain Yoann Bagot, le grimpeur de l’équipe sur cette Route d’Occitanie. Au menu du jour, 2 cols de 2e catégorie et 3 de 1ère catégorie, dont la montée finale vers les Monts d’Olmes. 198 km de bravoure pour des Men in Glaz plus que jamais au niveau.

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84