Tanguy Turgis contraint de mettre un terme à sa carrière

C’est avec beaucoup d’émotion que l’ensemble du Vital Concept Cycling Club a appris cette semaine que le benjamin de son effectif était contraint de mettre fin à sa carrière de coureur cycliste professionnel. Agé de 20 ans, Tanguy s’est vu diagnostiquer une malformation cardiaque incompatible avec la pratique du sport de haut-niveau après des examens effectués au service de Médecine du Sport du Centre Hospitalier de Rennes.

 

Néo-professionnel au sein de la formation bretonne enregistrée en Continentale Pro, le jeune Francilien avait connu une alerte lors de la Famenne Ardenne Classic, disputée le 27 septembre dernier dans le sud de la Belgique. Evacué à l’hôpital de Marche-en-Famenne puis transféré au CHU de Rennes, Tanguy a passé plusieurs jours sur place afin que soit déterminé avec précision le diagnostic médical, qui met malheureusement fin à des rêves qui l’animent depuis ses débuts dans le sport cycliste, dès l’âge de 5 ans.

 

«Les médecins ont malheureusement confirmé ce que je redoutais depuis le test d’effort effectué lundi, confie le frère cadet de Jimmy et Anthony, également coureurs cyclistes professionnels. Je souffre d’une anomalie susceptible de s’aggraver avec le temps et il est interdit de prendre le moindre risque. Même si je pourrai encore rouler à allure modérée et partager quelques sorties avec mes proches, je ne peux plus faire de sport de haut-niveau et c’est comme si tout s’écroulait. Cette nouvelle va changer ma vie. C’est dur à accepter car j’aime le vélo par-dessus tout et j’ai un peu l’impression d’abandonner mes frères… J’avais tellement hâte de retrouver Jimmy à mes côtés la saison prochaine, sous le même maillot. Il va me falloir du temps pour accepter cette décision mais j’espère rester dans le monde du vélo. J’aime trop cela et j’aimerais accompagner mes frères, les aider comme je le pourrai et leur rendre ce qu’ils m’ont apporté toutes ces années… Néanmoins, le cardiologue m’a expliqué que c’aurait pu être pire et c’est ce qu’il faut retenir. J’ai la chance d’être accompagné par un staff qui me soutient et veut m’aider, quoi que je décide. Je vais désormais réfléchir à mon après-carrière. J’ai souvent songé à ce que je pourrais faire après avoir arrêté le vélo mais je ne m’imaginais pas devoir le faire si tôt.»

 

Comme tous les membres du Vital Concept Cycling Club, le manager général Jérôme Pineau vit «un coup dur» mais tente de positiver la situation. «Oui, cette nouvelle met fin aux rêves d’un gamin et c’est d’une tristesse infinie. Mais nous avons, heureusement, bénéficié de la compétence de professionnels qui nous ont permis d’éviter de vivre un drame comme le sport en connaît parfois. Malgré le choc et la déception ressentis à l’annonce du diagnostic, nous pouvons nous estimer chanceux. Depuis plusieurs jours, je pense beaucoup aux familles des sportifs et coureurs cyclistes qui nous ont quittés en pratiquant leur passion. Fabrice Salanson, le Belge Daan Myngheer voilà deux ans ou son compatriote Michael Goolaerts lors du dernier Paris-Roubaix... Nous avons eu la chance d’éviter cela et notre but aujourd’hui est d’accompagner Tanguy du mieux que nous le pourrons et aussi longtemps qu’il le souhaitera. Comment l’aider à préparer l’après-vélo ? Depuis la genèse du Club, nous fondions beaucoup d’espoirs sur Tanguy et vice-versa. Nous ne le lâcherons pas. Il fera toujours partie de l’équipe et nous trouverons ensemble la place qui lui conviendra le mieux. Nous l’aiderons à se former au métier qu’il choisira. Cet hiver, nous accueillerons son frère aîné Jimmy au sein du Club et il devra désormais gagner sans son frère. La vie continue et c’est notre chance. Tanguy est doté d’un caractère qui lui permettra de réussir, quoi qu’il décide. Il saura utiliser dans sa future carrière les qualités qui faisaient de lui le coureur qu’il était : teigneux, battant, perfectionniste, passionné et curieux de tout. Malgré son jeune âge, il a une immense connaissance de ce sport et plein de belles choses l’attendent, professionnelles et personnelles…»

 

Touché, le Club vit une épreuve et prend encore davantage conscience de la fragilité des coureurs. «Ce coup dur doit nous inciter à multiplier les précautions à prendre afin de détecter ce type de pathologies, reconnaît Jérôme Pineau. Nous tâcherons de sensibiliser nos pairs, les autres responsables d’équipes et les coureurs eux-mêmes. Nous allons accentuer le processus de dépistage pour nos athlètes et continuer de faire grandir le Club. Peut-être serons-nous amenés à accueillir une nouvelle recrue pour bénéficier, comme prévu, d’un effectif de vingt-quatre coureurs en 2019 mais une chose est sûre : personne ne remplacera Tanguy.»

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84